Weber Shandwick qualifie l’influence et la réputation des femmes dirigeantes

mardi 30 juin, 2015

Weber Shandwick, en partenariat avec KRC, révèle les résultats d’une étude intitulée The Female CEO Reputation Premium – Differences and similarities, un volet complémentaire de l’étude The CEO Reputation Premium: Gaining Advantage in the Engagement Era (Mars 2015).

L’étude menée auprès de plus de 1 750 cadres supérieurs démontre que la contribution d’un PDG à la bonne réputation de son entreprise et de sa valeur sur le marché est pratiquement identique que ce soit un homme ou une femme. En revanche, avoir une femme à la tête d’une entreprise influe sur l’état d’esprit des femmes cadres. Ces dernières se disent en effet plus disposées à rester dans leur entreprise et plus motivées à vouloir accéder à un poste hautement qualifié dès lors qu’elles sont dirigées par une femme.

Selon Gail Heimann, Présidente de Weber Shandwick : « Notre recherche indique que lorsque les femmes travaillent pour des femmes PDG, elles ont plus d’ambition à devenir un jour à leur tour chef d’entreprise ».

L’étude démontre que seulement 29% des cadres dirigeants dans le monde désirent se retrouver à la tête d’une grande entreprise. Les femmes cadres ayant un intérêt pour le poste de Président Directeur Général sont particulièrement rares ; elles sont beaucoup moins intéressées que leurs homologues masculins à vouloir occuper un jour le poste de PDG (23% contre 32%). Pourtant, dès lors que les femmes cadres travaillent pour le compte d’une femme PDG, leur intérêt grimpe de 29%.

Le volet sur les femmes de l’étude CEO Reputation Premium démontre que la réputation du PDG importe plus pour les femmes que pour les hommes. Avoir une femme à la tête de l’entreprise influe sur la décision des femmes cadres, ces dernières se disent en effet plus disposées à vouloir rester dans leur entreprise lorsque qu’elles sont dirigées par une femme ; tandis que les cadres masculins affirment que le facteur du genre importe peu sur cette décision (64% contre respectivement 54%).

Cliquez ici pour visualiser le rapport complet sur l’étude.