A l’Echelle Mondiale, l’Avis des Consommateurs Concernant l’Impact de l’Intelligence Artificielle (AI) sur la Société et leur Vie Personnelle a 7 fois plus de Chance d’Etre Positif que Négatif

mercredi 19 octobre, 2016

New York – Selon un nouveau sondage publié aujourd’hui par Weber Shandwick, agence internationale en relations publiques, à l’échelle mondiale, les consommateurs ont davantage tendance à considérer les effets de l’intelligence artificielle comme étant positifs plutôt que négatifs (respectivement 45% contre7%).Les consommateurs sont d’autant plus susceptibles d’y voir des conséquences positives si elle touche leur vie personnelle (respectivement 52% contre 7%). Que vous soyez prêts ou non : L’Intelligence Artificielle est arrivée ! (Al-Ready or Not : Artificial intelligence Here We Come !) est une enquête réalisée auprès des consommateurs des 5 marchés mondiaux dirigée par Weber Shandwick en partenariat avec KRC Research et complétée par des entretiens de directeurs Marketing, responsables du marketing et de l’image de marque de leur organisation.

« L’Intelligence Superficielle » est la meilleure façon de décrire le niveau de compréhension des consommateurs concernant l’Intelligence Artificielle (AI). Alors que les 2/3 (66%) des personnes interrogées répondent qu’elles en savent beaucoup sur ce sujet (18%), ou un peu (48%), 1/3 (34%) reconnaissent ne rien y connaître. Le mot le plus souvent associé à l’AI est « robots », 22% des consommateurs l’ont cité spontanément.

« Ceux d’entre nous qui travaillent dans l’industrie du marketing et des communications, à la croisée de la technologie et de l’humain, savent bien ce que la technologie apporte comme perturbation mais aussi les opportunités qu’elle offre pour faire avancer le changement. » a déclaré Gail Heimann, Présidente de Weber Shandwick. « Nous avons maintenant un support de référence pour savoir ce que la majorité des personnes pensent de l’AI, de même que nous commençons à comprendre comment elle influe sur les relations entre les individus, les marques et le monde qui nous entoure. Il ne pouvait pas y avoir de meilleur moment pour définir et expliquer clairement le potentiel de l’AI. »

L’Activité de l’AI

L’AI transforme à un rythme très rapide l’activité économique et les processus marketing des entreprises. Près de 7 directeurs marketing sur 10, qui ont été interrogés, déclarent que leur entreprise vend, utilise, prévoit d’utiliser régulièrement l’AI et près de 6 directeurs sur 10 (58%) pensent que durant les cinq prochaines années, les entreprises devront faire des propositions compétitives dans ce domaine pour réussir. Concernant leur rôle de directeur marketing, 55% d’entre eux pensent que l’AI aura un impact plus important sur le marketing et les communications que les médias sociaux n’ont jamais eu au cours des dix dernières années.

Prêts pour l’AI

Seulement 8% des consommateurs mondiaux pensent que l’AI appartient au domaine de la science-fiction et ne se concrétisera jamais. La plupart (92%) pensent qu’elle se matérialisera tôt ou tard – 40% d’entre eux pensent que l’AI est sur le point d’être développée (ou l’est déjà complètement) et 52% pensent que nous en sommes seulement aux prémices de son développement. En réalité, la plupart des consommateurs semblent prêts à ce que l’AI soit une réalité. Après avoir entendu les avantages potentiels et les préoccupations liées à l’AI, 1/4 (26%) aimeraient que son développement soit accéléré. La moitié (51%) souhaite que son développement se maintienne au même rythme. Seulement 23% aimeraient le ralentir voire l’arrêter complètement. Sur la base de leurs perceptions, les consommateurs semblent prêts aujourd’hui à ce que l’AI soit une réalité.

L’AI Partenaire

Dans quels domaines les consommateurs vont-ils faire confiance à l’AI ? Les 2/3 lui font confiance pour gérer les rappels de traitement médicaux, les indications de voyage, les divertissements, des nouvelles ciblées, le travail manuel et mécanique. L’AI est approuvée par 50% ou plus pour fournir des soins aux personnes âgées, des conseils de santé, des conseils financiers et pour la création de contenu pour les médias sociaux. De plus, 40% ou plus font confiance à l’AI pour fournir des conseils juridiques, culinaires, d’enseignement, de surveillance et de conduite. Sans surprise, ils ne pensent pas que l’AI contribuera à effacer les inégalités sociales.

Les Médias comme Principal Défenseur

Quand on leur a posé la question de savoir d’où venait leur impression générale sur l’AI, 80% des consommateurs mondiaux mentionnent une certaine catégorie de médias, principalement un mix d’internet, les médias sociaux, la télévision, les films et les bulletins d’information. L’exposition aux médias l’emporte sur l’expérience personnelle comme source d’information.

En fait, plus de la moitié des consommateurs mondiaux (59%) ont indiqué avoir lu ou vu quelque chose qui se rapporte à l’AI dans les médias au cours des 30 derniers jours ou indiqué avoir vécu une certaine expérience personnelle avec elle. La grande majorité de ces consommateurs (82%) déclarent que ce qu’ils ont vu, entendu ou expérimenté était positif.

La Confiance dans l’AI Provient de l’Expérience et de l’Expertise

Concernant les sources précises d’information sur l’AI, les consommateurs mondiaux indiquent que les informations les plus fiables proviennent de l’expérience pratique (46%), des experts en technologie (46%). Les consommateurs signalent également qu’ils font confiance aux universitaires et aux experts dans des domaines spécialisés (39%) ainsi qu’en ce qui concerne les informations produits fournies par les professionnels (38%). Les répondants à notre étude ont attribué moins de poids aux amis, à la famille et aux autres relations personnelles (28%).

L’Adoption de l’AI Provoque de l’Inquiétude

Malgré les perceptions assez positives de l’impact de l’AI sur leur vie personnelle et sur la société, près de 2/3 des consommateurs mondiaux (64%) sont notoirement inquiets quant à l’utilisation ou l’adoption de l’AI, bien qu’une grande proportion soit plus modérée (49%). Lorsqu’on a fourni aux consommateurs une liste des inconvénients potentiels de l’AI, le comportement criminel et les cyber-attaques atteignent le top du classement des critiques avec la perte d’emploi. La recherche a également mis en évidence une veine profonde de préoccupations sur la perte de la vie privée ainsi que l’ingérence gouvernementale en matière de données personnelles.

Concernant la perte d’emploi potentielle, la grande majorité (82%) des consommateurs sur tous les marchés s’attend à une perte d’emploi causée par l’AI. Seulement 18% s’attendent à ce que l’AI crée de nouveaux emplois.

L’AI à l’Avant-Garde du Secours

La recherche a identifié une petite proportion, non négligeable pour autant, de consommateurs mondiaux (18%) très au fait de l’AI. Ces pionniers ouvrent la voie pour la réussite ou l’échec du produit. Qui sont-ils ? Au regard de la consommation moyenne, il s’agit d’une jeune génération d’avant-garde, masculine, éduquée, urbaine et ayant un emploi avec un revenu élevé.

Ces adopteurs précoces sont attirés par le divertissement que représente l’AI, attentifs à la publicité faite sur elle et font confiance à leurs réseaux sociaux pour obtenir des informations sur l’AI. Ils sont plus optimistes sur l’impact de l’AI sur la société et sur eux-mêmes.

A l’égale du consommateur moyen, les utilisateurs avangardistes de l’AI associent également, pour une grande proportion, l’AI avec les robots et mentionnent les mêmes inquiétudes sur les dangers potentiels de l’AI, tout particulièrement en ce qui concerne la criminalité et la perte d’emploi. L’enquête ayant révélé que les plus avertis en matière d’AI sont les plus positifs quant à l’impact de l’AI sur la société et leur vie personnelle, entretenir le lien avec ces avangardistes de l’AI peut être un bon moyen d’entretenir une réputation positive de l’AI.

Différences Régionales

Les cinq régions couvertes par notre enquête connaissent quelques caractéristiques spécifiques. En voici les lignes principales. Notre rapport complet est plus exhaustif.

    • Les consommateurs chinois déclarent avoir la connaissance la plus forte en matière d’AI et ceux du Royaume-Uni la plus faible (respectivement 31% et 10%).
    • Au Canada, la possibilité de pouvoir expérimenter personnellement les produits d’AI est largement préférée aux autres sources d’informations sur le sujet susceptibles de favoriser la confiance dans l’AI (63% préfèrent la tester eux-mêmes plutôt que d’avoir recours aux revues professionnelles de produits, la seconde source d’information la mieux classée est à 49%).
    • Les consommateurs américains classent l’offre de divertissement et les rappels médicaux au sommet de la liste des tâches les plus fiables de l’AI (73% pour les deux).
    • Un nombre modéré de consommateurs Brésiliens (61%) indiquent que l’impact de l’AI sera positif sur la société mais déclarent être très préoccupés par son adoption (79%). Les consommateurs canadiens sont en grande majorité (98%) préoccupés par la perte univoque de certaines aptitudes ou compétences, tandis que les consommateurs brésiliens sont très nombreux (93%) à craindre qu’elle rende paresseux et plus fréquents les risques d’accidents.
    • Les consommateurs britanniques s’accordent en grande majorité pour dire que l’AI va conduire à la perte d’emploi (91%) mais sont moins nombreux à penser que l’AI pourra remplacer leur propre emploi, même partiellement (47%). Ce paradoxe s’explique peut-être par la perception qu’ils ont, pour une proportion importante, de l’AI comme appartenant aujourd’hui encore à l’univers de la science-fiction (21%).

 

 

Principes Directeurs pour l’Adoption et l’Intégration de l’AI

« Le rôle des directeurs marketing sera essentiel pour informer au mieux les consommateurs sur l’AI tout en l’intégrant dans leurs produits et services, permettant ainsi aux entreprises de rivaliser efficacement au sein du nouvel âge de l’Intelligence Artificielle. » a déclaré Patrick Chaupham, vice-président exécutif, Stratégie de Technologie Créative, Weber Shandwick. « Les consommateurs peuvent sembler prêts pour l’AI, mais ont certaines préoccupations, c’est pourquoi le plus grand défi auquel les directeurs marketing seront confrontés sera de trouver un équilibre subtil entre éducation et promotion. Les responsables marketing devront faire preuve de créativité pour favoriser la bonne compréhension des catégories de consommateurs des avantages procurés par l’AI. »

Le rapport de Weber Shandwick fournit 10 lignes directrices que les professionnels du marketing et de la communication, ainsi que leur entreprise, devront prendre en compte au moment de l’introduction de l’AI sur le marché et auprès du grand public. Six sont présentées ci-dessous. Vous trouverez ici l’intégralité de ce rapport avec la liste complète des lignes directrices présentées de façon approfondie.

  1. Accroissement de la compréhension de base.
  2. Renforcement des relations avec les médias.
  3. Trouvez vos experts.
  4. Ignorez les craintes de l’AI à vos propres risques.
  5. La connaissance des consommateurs est la clé du succès.
  6. Envisagez des pratiques responsables pour votre industrie en terme d’AI.

 

Consultez ici le rapport complet.

# # #

A propos de l’Etude

AL-Ready or Not est une étude commandée par Weber Shandwick et menée par KRC Research en juin 2016. Nous avons interrogé deux segments de consommateurs. Le premier se compose de 2 100 consommateurs adultes, représentatifs de la population globale de chaque marché, interrogés en ligne aux Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Chine et Brésil. Le second est constitué par 150 cadres, responsables de la surveillance et de l’exécution du marketing et des activités de marque dans leur entreprise, que nous avons interrogés par téléphone aux Etats-Unis, Royaume-Uni et Chine. Tous les directeurs marketing étaient employés par des entreprises avec des revenus annuels supérieurs ou égales à 500 millions $ USD ou comparables dans d’autres marchés.